La petite boulangerie du bout du monde

Lundi 2 janvier

Pour bien démarrer, l’année, 1ère résolution : prendre plus de temps pour lire…

Et aussi moelleux et sucrée qu’une brioche, Elsy et Caramel vous invite à vous plonger dans « La petite boulangerie du bout du monde » de Jenny Colgan.

Ce roman raconte l’histoire de Polly. Alors que son couple bat de l’aile et qu’elle vient de mettre la clé sous la porte de sa petite entreprise, elle décide de partir s’installer dans un petit port perdu d’une île de Cornouailles.

Ce qui devait, au départ, être une retraite, un moment de pause pour faire le point, devient pour Polly l’occasion de nouer de nouveaux liens, de reprendre pied dans une vie faite de choses simples : faire du pain, regarder la mer, écouter le chant des oiseaux, partager des amitiés.

Son premier ami sera un macareux, Neil, à qui elle apporte secours alors qu’il est blessé.  Cette rencontre marque-t-elle le début d’une nouvelle vie?

macareux

« Des années plus tard, quand elle serait bien vieille, et à des kilomètres de là, Polly aurait du mal à trouver les mots pour expliquer que tel était leur quotidien, à l’époque. Que certains jours, ils pouvaient rejoindre la côte en voiture, et d’autres, ils étaient obligés de prendre le bateau. Parfois même ils se retrouvaient complètement isolés pendant de longues périodes et personne ne savait vraiment alors combien de temps cela allait durer. Le tableau des marées vous disait à quelle heure la mer allait monter ou se retirer, il n’annonçait pas la météo.
Mais ça devait être affreux, dirait Judith. De se savoir coupé du monde, comme ça…
Alors, Polly repenserait aux reflets du soleil scintillant à la crête des vagues, quand la mer était haute, aux changements de lumière et aussi à l’eau qui se teintait de rose, de mauve et de violet lorsque le soleil se couchait, à l’ouest. Vous compreniez qu’un autre jour était sur le point de se terminer, sans que vous ayez eu envie d’aller nulle part ailleurs.
En fait, pas du tout, répondrait-elle. C’était magnifique. Un peu comme se pelotonner sous une doudoune, bien à l’abri. En sécurité, avec tous les autres, sur le Mount. Il fallait s’assurer de tout avoir surélevé, et si l’électricité marchait encore, c’était tant mieux, sinon, eh bien, tu te passais aussi de ça. Tu pouvais voir dans ce cas les flammes des bougies briller derrière toutes les petites fenêtres. C’était chaud et douillet.
On dirait que ça fait un siècle, au moins…
Je sais, dirait Polly en souriant. Pourtant, c’était il n’y a pas si longtemps… Pour moi, ça semble hier. Lorsque tu as trouvé l’endroit où ancrer ton cœur, il reste à jamais en toi. Mais bien sûr, tout cela arriva bien plus tard. Car au début, ce fut affreux. »

bm_cvt_la-petite-boulangerie-du-bout-du-monde_9712

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s