Le printemps des poètes

Dimanche 5 mars

printemps-des-poetes

Du 4 au 19 mars, on fête le Printemps des Poètes. Cette manifestation annuelle a pour objectif de célébrer la poésie sous toutes ses formes.  Alors forcément, c’est un moment que nous apprécions tout particulièrement avec Elsy. Pendant ces deux semaines, c’est l’occasion de participer à des événements poétiques ou tout simplement de découvrir des poètes avec un thème spécifique comme fil conducteur. Cette année, le Printemps des Poètes met à l’honneur l’Afrique et plus particulièrement deux poètes africains : Tchicaya U Tam’si, poète congolais, et Léopold Sédar Senghor, poète écrivain et homme politique sénégalais.

Elsy aiment particulièrement la poésie de Léopold Sédar Senghor : une poésie pleine d’harmonie qui joue avec les mots avec une facilité surprenante. Elle éveille en quelques strophes des images, des odeurs, des sentiments et des idées. C’est un vrai bonheur que de célébrer ce grand poète!!♥

Vous connaissez sans doute le Poème à mon frère blanc que les enfants apprennent parfois à l’école

« Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ? »

Je souhaitais également partager avec vous deux autres poèmes  : Prière aux masques qui évoque les masques africains, les mêmes dont Elsy avait peur quand elle était enfant….

« Masques! Ô Masques!
Masques noirs masques rouges, vous masques blanc-et-noir
Masques aux quatre points d’où souffle l’Esprit
Je vous salue dans le silence!
Et pas toi le dernier, Ancêtre à tête de lion.
Vous gardez ce lieu forclos à tout rire de femme, à tout sourire qui se fane
Vous distillez cet air d’éternité où je respire l’air de mes Pères.
Masques aux visages sans masque, dépouillés de toute fossette comme de toute ride
Qui avez composé ce portrait, ce visage mien penché sur l’autel de papier blanc
A votre image, écoutez-moi!
Voici que meurt l’Afrique des empires – c’est l’agonie d’une princesse pitoyable
Et aussi l’Europe à qui nous sommes liés par le nombril.
Fixez vos yeux immuables sur vos enfants que l’on commande
Qui donnent leur vie comme le pauvre son dernier vêtement.
Que nous répondions présents à la renaissance du Monde
Ainsi le levain qui est nécessaire à la farine blanche.
Car qui apprendrait le rythme au monde défunt des machines et des canons?
Qui pousserait le cri de joie pour réveiller morts et orphelins à l’aurore?
Dites, qui rendrait la mémoire de vie à l’homme aux espoirs éventrés?
Ils nous disent les hommes du coton du café de l’huile
Ils nous disent les hommes de la mort.
Nous sommes les hommes de la danse, dont les pieds
reprennent vigueur en frappant le sol dur. »

wangeshi-mutu
Wangechi Mutu – The forbidden fruit picker

et celui intitulé Et le soleil qui célèbre l’amour

« Et le soleil boule de feu, déclive sur la mer vermeille.
Au bord de la brousse et de l’abîme, je m’égare dans
le dédale du sentier.
Elle me suit, cette senteur haute altière qui irrite mes
narines
Délicieusement. Elle me suit et tu me suis, mon double.

Le soleil plonge dans l’angoisse
Dans un foisonnement de lumières, dans un tressaillement
de couleurs de cris de colères.
Une pirogue, fine comme une aiguille dans une mer
immense étale

Un rameur et son double.
Saignent les grès du cap de Nase quand s’allume le
phare des Mamelles
Au loin. Le chagrin tel me point à ta pensée.

Je pense à toi quand je marche je nage
Assis ou debout, je pense à toi le matin et le soir
La nuit quand je pleure, eh oui quand je ris
Quand je parle je me parle et quand je me tais
Dans mes joies et mes peines. Quand je pense et ne
pense pas
Chère je pense à toi ! »

photo-photo-paysage-afrique-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s