Les bouquinistes des bords de Seine

Lundi 24 avril

20170330_132359

Après les mots de Prévert, je voulais vous faire partager une balade bien sympathique sur les bords de Seine à Paris et vous inviter à flâner le long des bouquinistes.

Chez les bouquinistes, on y trouve toute sorte de trésors : forcément de vieux bouquins, mais aussi des gravures, peintures, reproductions en tout genre, petits souvenirs de Paris pas toujours de bonne qualité, des cartes postales, plutôt anciennes, de vieux journaux…

« Il est certain que les étrangers visitant Paris seront toujours ravis par le pittoresque des étalages, remplis de gravures fortement coloriées, de cartes postales, de livres soldés(…) posés dans les boites accrochés sur les parapets des quais de seine.
Mais quand le dernier vieux bouquiniste, connaissant à fond son métier, qui vendait des livres anciens et épuisés, et pas seulement des livres d’occasion, aura disparu, l’âme des quais aura quitté ces lieux de promenades littéraires, artistiques, et surtout de rêveries philosophiques. « 
Souvenirs d’un bouquiniste – Louis Lanoizelée

Il y a une reproduction qu’Elsy aime plus particulièrement et que l’on retrouve souvent chez les bouquinistes, c’est celle du cabaret Le Chat Noir que vous connaissez sûrement. Elle invite à se rendre au  cabaret de la rue Rochechouart dans lequel,  à la fin du 19ème siècle,  Aristide Bruant se produisait. Il y interprétait sa célèbre Ballade du Chat Noir

La lune était sereine
Quand sur le boulevard,
Je vis poindre Sosthène

Qui me dit : Cher Oscar !
D’où viens-tu, vieille branche ?
Moi, je lui répondis :
C’est aujourd’hui dimanche,
Et c’est demain lundi … {Refrain:}
Je cherche fortune,
Autour du Chat Noir,
Au clair de la lune,
A Montmartre !
Je cherche fortune ;
Autour du Chat Noir,
Au clair de la lune,
A Montmartre, le soir. La lune était moins claire,
Lorsque je rencontrai
Mademoiselle Claire
A qui je murmurai :
Comment vas-tu, la belle ?
– Et Vous ? – Très bien, merci.
– A propos, me dit-elle,
Que cherchez-vous, ici ? {Refrain} La lune était plus sombre,
En haut les chats braillaient,
Quand j’aperçus, dans l’ombre,
Deux grands yeux qui brillaient.
Une voix de rogomme
Me cria : Nom d’un chien !
Je vous y prends, jeune homme,
Que faites-vous ? – Moi… rien…

{Refrain}

La lune était obscure,
Quand on me transborda
Dans une préfecture,
Où l’on me demanda :
Etes-vous journaliste,
Peintre, sculpteur, rentier,
Poète ou pianiste ? …
Quel est votre métier ?

{Refrain}

Le chat noir

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s