Les roses de Rainer Maria Rilke

Dimanche 14 mai

20170514_091712[1]

Le mois de mai sonne le retour des roses, de leurs boutons et de leurs pétales où perle la rosée des frais matins. On ne se lasse pas de respirer l’air qu’elles embaument…

Nombreux sont les poètes qui ont chanté la rose, tel Ronsard qui invite à l’amour en écrivant  » Mignonne allons voir si la rose… »  ou encore Hugo  dans son poème « La rose de l’Infante » .

Aujourd’hui, je voulais vous faire découvrir les mots du poète autrichien Rainer Maria Rilke qui a écrit plusieurs poèmes sur les roses.

 

Je te vois, rose, livre entrebâillé,
qui contient tant de pages
de bonheur détaillé
qu’on ne lira jamais. Livre-mage,

qui s’ouvre au vent et qui peut être lu
les yeux fermés…,
dont les papillons sortent confus
d’avoir eu les mêmes idées.

……………………….

Rose, toi, ô chose par excellence complète
qui se contient infiniment
et qui infiniment se répand, ô tête
d’un corps par trop de douceur absent,

rien ne te vaut, ô toi, suprêmement essence
de ce flottant séjour;
de cet espace d’amour où à peine l’on avance
ton parfum fait le tour.

……………………………

Une rose seule, c’est toutes les roses
et celle-ci: l’irremplaçable,
le parfait, le souple vocable
encadré par le texte des choses.

Comment jamais dire sans elle
ce que furent nos espérances,
et les tendres intermittences,
dans la partance continuelle.

20170514_141505[1]

« Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde. »

Antoine de Saint-Exupéry

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s