Un piano sur le tapis rouge de Cannes…

Mercredi 17 avril

festival de Cannes

C’est aujourd’hui que s’ouvre officiellement le 70ème festival de Cannes qui célèbre chaque année le cinéma dans toute sa diversité et dans son ouverture au monde. Alors, on aime pour certains d’entre nous les paillettes, robes et bijoux de toutes les stars qui foulent le tapis rouge et qui rivalisent d’élégance, mais avec Elsy on aime surtout la célébration du cinéma et de ses talents. Avant l’ouverture du festival, et avant de découvrir le film qui fera l’ouverture  Les fantômes d’Isamël d’Arnaud Desplechin avec Marion Cotillard, Charlotte Gainsbourg et Mathieu Amalric, on voulait vous proposer une petit séquence nostalgie en revenant quelques années en arrière pour vous parler de la Palme d’Or du festival de 1993 : La leçon de piano de Jane Campion.

Ce film avec Rose McIver, Holly Hunter et Harvey Keitel se déroule au 19ème siècle en Nouvelle-Zélande.  Il raconte l’histoire d’Ada, jeune écossaise, qui est muette et qui communique avec sa petite fille uniquement en langue des signes et à travers la musique qu’elle joue au piano. Elle est envoyée par son père pour épouser un colon. Elle débarque alors sur une plage avec sa fille et son piano. Son mari, ne voyant aucun intérêt à faire entrer l’instrument dans sa demeure, accepte finalement de le faire transporter chez son voisin, Baines. Ada, qui se refuse à son mari, se laisse tenter par le marché que lui propose Baines : répondre à ses désirs et propositions pour regagner petit à petit chaque touche du clavier.

Ce film, magnifiquement interprété, est d’une profondeur bouleversante et touchante. La musique de Michael Nyman qui se mêle au son de la pluie et aux regards des personnages qui se croisent est inoubliable. En consacrant le film de Jane Campion Palme d’Or, le jury du festival de Cannes honorait pour la première fois depuis sa création en 1946, une réalisatrice!! Alors si vous n’avez pas la chance de fouler le tapis rouge ou d’avoir votre entrée VIP dans les salles de cinéma de la Côte d’Azur, découvrez ou redécouvrez La leçon de piano. C’est un film magnifique ♥♥♥♥

La-lecon-de-piano

Silence

There is a silence where hath been no sound,
There is a silence where no sound may be,
In the cold grave—under the deep deep sea,
Or in wide desert where no life is found,
Which hath been mute, and still must sleep profound;
No voice is hush’d—no life treads silently,
But clouds and cloudy shadows wander free.
That never spoke, over the idle ground:
But in green ruins, in the desolate walls
Of antique palaces, where Man hath been,
Though the dun fox, or wild hyæna, calls,
And owls, that flit continually between,
Shriek to the echo, and the low winds moan,—
There the true Silence is, self-conscious and alone.

Thomas Hood

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s