La vie a plus d’imagination que toi

Mardi 23 mai

Najat

Bonsoir les amis! Certains ont peut-être la chance, comme Elsy, de débuter bientôt un week-end prolongé et de prendre quelques jours de vacances. Alors, dans votre valise, n’oubliez pas d’emporter un bon bouquin. Elsy, elle, emportera le récit autobiographie de Najat Vallaud-Belkacem La vie a plus d’imagination que toi dont elle vient de commencer la lecture.

Dans cet ouvrage, l’ex-ministre de l’éducation nationale y raconte son enfance et la manière dont elle s’est construite par la lecture et grâce à l’école. Elle explique les racines de son engagement et retrace son parcours, depuis son village natal de Béni Chiker au Maroc jusque dans les ministères de la République française. Au-delà de la femme politique, elle se dévoile comme une femme tout simplement avec toutes les facettes de qu’elle est, et de ce qu’elle vit, de manière intense et riche.

 » Mon plus grand regret de toutes ces années, en politique, au gouvernement : ne pas avoir lu plus souvent des histoires à voix haute à mes enfants. Je ne connais pas de plus belle chance, pour qui a déjà l’eau courante : rentrer le soir, caresser le front de ses enfants, frôler leur pyjamas, oublier tout souci dans leurs yeux rieurs, exigeants, envahis de pureté. Choisir ensemble une histoire. S’asseoir, se serrer, et plonger dans les palais, les contes, les idées de nos écrivains. Claude Ponti, ses mots bizarres, ses dessins, ses monstres. Marie Depleschin. Tomi Ungerer, ses fusils à poivre, ses brigands à chapeaux et ses ciels bleus de paix. C’est comme une famille, non? La famille souris. Poule-rousse. Tous les chaperons de tout genre. Les bons amis qui se partagent carottes et choux pendant l’hiver. J’aimerais m’endormir dans une bibliothèque, et les laisser venir, tous. Le plus beau des remparts, la plus grande prairie : les mots. Toujours recommencés, car dès ce soir, dès demain… ils voudront relire la même histoire. »

L’écriture est simple, la lecture facile…et cela donne envie de poursuivre…

« Pour moi, il y trente neuf ans, la vie est un voyage qui a commencé à Béni Chiker, au Maroc, et je ne sais pas bien quel est son cheminement. Ou plutôt : je m’efforce de ne pas savoir. L’introspection n’est pas mon fort. En revanche, je sais pour qui j’agis, chaque matin, chaque soir, à chaque fois que je prends l’avion, que je manque aux miens, que je me fais excuser lors d’une fête de fin d’année costumée, que ma mère m’appelle pour me dire qu’ elle ne me voit jamais. Des reproches si affectueux, c’est terrible. Je manque à tous, à mes devoirs personnels, parce que je crois en la France. Et puis je crois aussi à une certaine façon d’être, à une façon de servir. Servir? Oui, servir. Essayer de donner aux autres une partie de ce qu’on a reçu. J’ai tant reçu de ce pays qu’il me faut rendre beaucoup.« 

Najat VB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s