Meringues blanches

Samedi 9 décembre

meringues

Le givre blanc a recouvert les toits de nos maisons et on sent les fêtes de fin d’année qui approchent. Les lumières scintillent dans les villes la nuit venue et nos matous font du gras, lovés dans le fauteuil à côté de la cheminée. Peut-être commencez-vous à réfléchir à vos menus de fêtes. Je vous livre donc une recette facile de meringues, légères, à la fois croquantes et fondantes, elles seront appréciées au moment du dessert du réveillon…♥ ♥

Pour réaliser les meringues, il vous faut 4 blancs d’œufs, 150g de sucre en poudre, 150g de sucre glace et surtout un batteur électrique

  • A l’aide du batteur électrique, battez les blancs en neige avec 75g jusqu’à ce qu’ils deviennent bien fermes
  • Ajoutez en petites quantités le reste de sucre en poudre tout en continuant de battre les blancs
  • Tout en continuant de battre les blancs, ajoutez en pluie fine les 150g de sucre glace jusqu’à obtenir une préparation ferme et brillante
  • Mettez la préparation dans une poche à douilles et disposez sur une plaque de cuisson recouverte au préalable de papier sulfurisé des petits tas de meringues en leur donnant la forme souhaitée
  • Faites cuire pendant 1h30 à four chaud 100°
  • Une fois cuite, sortez les meringues du four et laisser les refroidir sur une grille
Mila
Mila, la minette d’Odile et Julien

« Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et bien entendu,il trouva que c’était bien. Et c’était bien d’ailleurs. Mais le chat était paresseux. Il ne voulait rien faire. Alors plus tard, après quelques millénaires, Dieu créa l’homme. Uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d’esclave jusqu’à la fin des temps. Au chat, il avait donné l’indolence et la lucidité ; à l’homme il donna la névrose, le don du bricolage et la passion du travail. L’homme s’en donna à cœur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation basée sur l’invention, la production et la consommation intensive. Civilisation qui n’avait en réalité qu’un seul but secret : offrir au chat le confort, le gîte et le couvert. C’est-à-dire que l’homme inventa des millions d’objets inutiles, généralement absurdes, tout cela pour produire, parallèlement, les quelques objets indispensables au bien-être du chat : le radiateur, le coussin, le bol, le plat à cuire, le pêcheur breton, le tapis, la moquette, le panier d’osier et aussi peut-être la radio puisque les chats aiment la musique. Mais de tout cela les hommes ne savent rien. À leurs souhaits. Bénis soient-ils. Et ils croient l’être. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes des chats. »

JACQUES STERNBERG, Contes glacés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s