Edimbourg : cité des écrivains

Vendredi 9 mars

Le printemps approche à grands pas et peut-être commencez-vous à songer à programmer quelques escapades dans des contrées plus ou moins lointaines. Alors pourquoi ne pas vous laisser tenter par mon coup de cœur de ce jour : Edimbourg,  capitale de l’Ecosse, cité de l’esprit et des écrivains selon J.K. Rowling, la célèbre auteure d’Harry Potter? Celle-ci écrivit son roman dans un petit salon de thé, dans la vieille ville dominée par son château médiéval massif et impressionnant perché sur un piton rocheux. Nombreux sont les auteurs écossais qui ont vécu à Edimbourg : Walter Scott, Robert Louis Stevenson, Robert Burns, David Hume, Arthur Conan Doyle, J.K. Rowling  et cette ville a été choisie par l’UNESCO comme la première ville mondiale de la littérature.

La découverte de la capitale écossaise et de sa culture est un vrai plaisir : pubs, musique au son de la cornemuse et des violons, kilt, whisky, elle est aussi une cité où l’on ressent l’ambiance de l’univers à la fois magique et terrifiant d’Harry Potter…

Entre vieille ville, balade à pied le long du Leith jusqu’au port, musées, et le Royal Botanic Garden,   l’exploration d’Edimbourg, de son histoire et de son patrimoine est un ravissement.

On peut aussi y déguster quelques douceurs et y rencontrer au détour d’une rue ou d’un jardin quelques amis à quatre pattes ! Tous les ingrédients d’un séjour réussi sont réunis!!

 

Mon amour est une rose rouge, rouge,
Au printemps fraîchement éclose.
Mon amour est une mélodie,
Jouée en douce harmonie.

Si belle es-tu ma douce amie,
Et je t’aime tant et tant,
Que je t’aimerai encore, ma mie,
Quand les mers seront des déserts.

Les mers seront des déserts secs, ma mie,
Les roches fondront au soleil,
Et je t’aimerai toujours, ma mie,
Tant que s’écoulera le sable de la vie.

Au revoir pour un temps m’amour,
A te revoir dans peu de temps!
Je reviendrai, mon seul amour,
Même de l’autre bout du monde.

My love is like a red red rose

My love is like a red red rose
That’s newly sprung in June:
My love is like the melodie
That’s sweetly play’d in tune.

So fair art thou, my bonnie lass,
So deep in love am I :
And I will love thee still, my dear,
Till a’ the seas gang dry.

Till a’ the seas gang dry, my dear,
And the rocks melt wi’ the sun :
And I will love thee still, my dear,
While the sands o’ life shall run.

And fare thee weel, my only love,
And fare thee weel awhile !
And I will come again, my love,
Tho’ it were ten thousand mile.

Robert Burns (1759-1796)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s