Films

Les filles du Docteur March

Dimanche 5 janvier

L’année 2020 vient de débuter alors je profite de ce post pour vous adresser mes meilleurs vœux. Je vous souhaite une année pleine de douceurs, de lectures, de culture, de découvertes et de partages !

Elsy a profité de quelques vacances pour aller au cinéma et voir la nouvelle adaptation, par Greta Gerwig, du roman de Louisa May Alcott, Little Women, que l’on connaît mieux en français sous le titre Les quatre filles du Docteurs March. Comme Elsy, vous avez peut-être lu ce roman et replonger dans l’histoire de Meg, Jo, Beth et Amy est un vrai retour en adolescence comme une douceur sucrée que l’on savoure avec délice.

L’histoire se déroule à la fin du XIXème siècle aux Etats-Unis pendant la guerre de Sécession. Le père de la famille March est engagé dans le conflit. Pendant ce temps, son épouse et ses quatre filles doivent faire face au quotidien parfois difficile tout en ne voulant pas se départir de leur gaieté et de la tendresse qui les unit. Meg est l’ainée, elle est sérieuse et posée et rêve de belles robes et de bal. Jo, la seconde est plus fougueuse et tempétueuse. Passionnée d’écriture, elle a la volonté de vivre de ses écrits. Beth la troisième est réservée et pleine de bonté. Passionnée par la musique, elle s’adonne au piano. Enfin, Amy, la dernière, est vive, ambitieuse et de fort caractère. Elle dessine, peint et espère le succès.

Par des allers et retours entre le passé et le présent, Jo dépeint la vie de ce petit monde, ses joies et tristesses, ses rencontres, ses doutes. Dans la vie des quatre filles, il y a Laurie, le jeune voisin aristocrate qui vit chez son grand-père, ainsi que son percepteur, il y a la tante March, fortunée et austère, il y a Friedrich, jeune musicien que Jo rencontre à New York.

Quand le film débute, Amy est partie à Paris avec sa tante March pour y apprendre la peinture. Elle y retrouve Laurie. Jo est installée à New York comme professeur auprès de jeunes filles. Elle écrit des nouvelles qui sont publiées dans des journaux. Meg est une mère de famille fatiguée car sans le sou et Beth est restée auprès de sa mère.

Le casting de ce film est jeune et brillant. On retrouve Emma Watson, la fidèle amie d’Harry Potter et l’on découvre Saoirse Ronan dans le rôle de Jo, Florence Pugh dans le rôle d’Amy et Eliza Scanlen dans le rôle de Beth. Le jeune et talentueux Timothée Chalamet joue lui le rôle de Laurie. Meryl Streep campe avec justesse la vieille tante March. Et on retrouve un petit Frenchi, Louis Garrel qui incarne Friedrich.

Le spectateur peut être un peu perdu au début du film devant une histoire où l’on comprend ensuite qu’elle oscille entre le présent et le passé. Pour autant, l’adaptation de Greta Gerwig insiste surtout sur les caractères des différents personnages. Jo et Amy qui sont souvent rivales, occupent une bonne partie de l’espace tandis que les personnages de Meg et Beth sont moins mis en avant. A travers elles, ce sont des femmes de caractère qui sont mises en valeur. Elles nous parlent de l’émancipation des femmes en cette fin de XIXème siècle, des difficultés, pour les jeunes femmes, à échapper à un mariage de raison. En pendant, les personnages masculins sont généreux et modernes et l’on se laisse emporter par le jeu brillant des acteurs avec une mention spéciale pour Saoirse Ronan (Jo) et Timothée Chalamet (Laurie). Enfin, c’est un vrai plaisir de plonger dans les décors du XIXème siècle. La petite mansarde où Jo écrit et où les quatre filles jouent leur pièces de théâtre est comme une cabane d’enfant perchée où les rires restent accrochés à chaque coin.

Greta Gerwig nous fait redécouvrir ce grand classique de la littérature américaine avec beaucoup de sensibilité. On rit et on pleure avec les personnages, on les suit avec plaisir à travers les chemins de l’insouciance pour se construire un destin. A aller voir en salle pour bien débuter l’année 2020 !

« Très haut dans le ciel sont mes aspirations les plus élevées. Il se peut que je ne sois pas en mesure de les atteindre, mais je peux regarder en haut pour voir leur beauté, croire en elles et tenter de les suivre. »

Louisa May Alcott

1 réflexion au sujet de “Les filles du Docteur March”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.